Booster ses relations sociales en stimulant son intelligence émotionnelle

Hello tout le monde! Je reviens aujourd’hui avec un nouvel article sur l’intelligence émotionnelle car je trouve que c’est un sujet dont on parle assez peu dans la société et qui mériterait que l’on s’y intéresse un peu plus afin d’améliorer nos relations avec notre entourage. En effet, nous sommes tous dotés de deux formes d’intelligence: l’intelligence rationnelle qui se mesure par le quotient intellectuel (QI) et l’intelligence émotionnelle mesurée par le quotient émotionnel (QE). Cette dernière est loin d’être négligeable puisqu’elle représenterait plus de la moitié de notre intelligence globale!

L’intelligence émotionnelle se définit par “la capacité à reconnaître et à prendre en compte ses propres émotions et ressentis ainsi que ceux des autres afin de pouvoir les gérer adéquatement”. Elle repose sur différents piliers:

  • la connaissance de soi et de ses sentiments
  • la maîtrise de soi (capacité à contrôler ses émotions)
  • l’empathie (capacité de comprendre les sentiments, les ressentis et les pensées d’autrui)
  • les aptitudes humaines (capacité à agir de manière appropriée en fonction de chaque situation)

Pourquoi est-il important de posséder une bonne intelligence émotionnelle?

Tout simplement parce qu’elle permet de tisser des liens sains et équilibrés avec les autres.

Des études ont également montré que les individus possédant une bonne intelligence émotionnelle sont plus à même de réussir leur vie professionnelle. Pourtant, dans le milieu professionnel, celle-ci est souvent négligée par rapport aux compétences et à la capacité de raisonnement d’un individu alors qu’elle permettrait de faire face à de nombreuses problématiques telles que le harcèlement moral, le rejet ou encore les conflits.

Alors afin d’établir des relations plus harmonieuses et équilibrées avec votre entourage et ainsi, améliorer votre épanouissement personnel, je vais vous donner quelques astuces clés pour développer votre intelligence émotionnelle. J’ai moi-même commencé à les mettre en pratique il y a quelques mois. Bien sûr, on ne possède pas une intelligence émotionnelle dopée du jour au lendemain, cela demande de la volonté et une certaine remise en question mais si l’on fait l’effort de travailler sur soi et de mettre en pratique quelques principes alors on se rend compte petit à petit que nos relations avec les autres (et ce même si elles ne sont pas parfaites), sont plus apaisées, équilibrées et constructives.

Key n°1: Ne plus faire de suppositions (ou du moins… limiter)

Ce n’est pas un scoop, nous faisons sans cesse des suppositions à propos de tout : de la vie, de nous-mêmes, des autres… Nous interprétons les gestes, les regards, les actes… Or nous n’avons pas conscience que ce n’est qu’une interprétation de notre mental et que cela ne représente pas la réalité.

L’être humain a peur de l’inconnu qui est la plupart du temps perçu comme source d’insécurité. Pour nous rassurer, nous cherchons à avoir le moins d’inconnu possible dans nos vies. Nous avons besoin de savoir ce que les autres pensent, ce qu’ils ressentent, ce qui motive leurs actes… ce qui va arriver si nous faisons tel ou tel choix…

Ainsi, quand nous ne savons pas, nous commençons à imaginer, puis il arrive un moment où nous ne sommes plus du tout conscients que ce n’est que de la fiction. Ensuite nous réagissons à cette réalité, qui ne l’est que dans notre tête, et cela crée dans notre vie beaucoup de confusion, de malentendus, de frustrations, de déceptions et de souffrance. Sans compter que l’on encombre notre esprit de toutes ces charges émotionnelles négatives.

Ces suppositions naissent de la peur de demander des clarifications à nos interlocuteurs, de poser des questions, de peur d’être rejetés, jugés, incompris. Elles sont basées sur des conclusions que nous avons tirées de nos expériences, de l’influence de notre culture, de notre éducation…

Alors comment arrêter de faire des suppositions H24 sur tout et n’importe quoi et ne plus encombrer notre esprit avec des questions dont on ne connaît pas les réponses? Tout simplement en posant des questions pour clarifier des situations ambigües, en essayant de comprendre le point de vue de son interlocuteur, en remettant en question notre jugement et en arrêtant de s’emballer à inventer une cascade de scénarios dans notre tête.

Ça prendra du temps, ce sera très difficile au début mais avec beaucoup de de volonté, on peut, petit à petit, arrêter de brouiller son esprit avec des suppositions et libérer son mental de ce poids émotionnel.

Key n°2: Apprendre à pardonner

Votre meilleur ami vous a fait un sale coup? Votre copain a oublié votre anniversaire? Votre boss avec qui vous vous entendiez si bien a décidé de donner la promotion à un autre de vos collègues?

Ces 3 situations ont de quoi générer des émotions négatives telles que colère et tristesse chez ceux et/ou celles qui l’ont vécu. Pourtant, il est important de savoir pardonner à autrui son comportement et la souffrance qu’il ou elle a pu nous infliger afin de tourner la page et de retrouver son épanouissement personnel et sa paix intérieure. En effet, le pardon (bien qu’il ne signifie pas l’oubli) permet d’alléger notre esprit et de soulager notre coeur afin de reprendre son destin en main et de vivre pleinement sa vie sans ruminer et garder ce fardeau dans nos pensées. Car même si l’on refuse de le voir, même si l’on essaie de se changer les idées, la douleur, elle, est toujours présente en nous et la seule manière de s’en libérer est de pardonner à la personne qui nous a blessé mais également à nous mêmes, de s’être montré trop vulnérable, trop naîf, trop patient…

Pour cela, il faut avant tout reconnaître et accepter ses blessures, ses erreurs, accueillir sa colère sans vouloir chercher à se venger. Le fait de partager ses blessures avec une personne de confiance peut également aider à prendre du recul par rapport à ses émotions. Le pardon n’est pas un signe de faiblesse, c’est quelque chose qui nous permet d’avancer et de se libérer de certaines chaînes.

Bien sûr, il arrive que certaines situations soient tellement traumatisantes (telles que des violences morales ou physiques) qu’il est difficile voire impossible de pardonner à la personne qui nous les a fait subir. Dans ce cas, ce sera à l’individu ayant souffert et à lui seul de juger s’il est capable ou non de pardonner les actes commis par l’autre.

Key n° 3: Exprimer ses émotions et ses ressentis

Il ne s’agit pas ici d’exprimer systématiquement ses émotions. Mais face à des émotions négatives, le refoulement a parfois des conséquences nocives. Il est donc plus sain de les exprimer, afin de s’en libérer. And trust me, cela vous facilitera grandement la vie au quotidien !

Une bonne communication constitue la base de relations saines et harmonieuses. Au travail ou en famille, faire part de ses émotions est particulièrement utile lorsque nous ressentons de la colère ou de la souffrance. Car si nous n’en sommes pas capables, nous accumulerons alors en nous toutes ces émotions négatives qui n’apporteront que frustration et souffrance et qui, sur le long terme, risquent de nous faire perdre notre sang froid et exploser telle une grenade alors qu’en parler dès le début à la personne en question aurait pu résoudre le problème.

Dire ce qu’une personne ou une situation produit comme effet (positif ou négatif) sur nous, savoir parler avec son coeur, c’est faire preuve d’inteligence émotionnelle. Il ne s’agit pas de s’ouvrir en long, en large et en travers en permanence à tout le monde et à n’importe qui mais de savoir faire passer dans les échanges, y compris professionnels, son humanité et sa sensibilité.

Key n° 4: Faire descendre la pression en gardant son calme

Vous devez rendre votre mémoire dans une semaine et vous n’avez toujours pas commencé à le rédiger? Vous êtes dans les bouchons et allez probablement arriver en retard à votre entretien?

Les petites sources de stress du quotidien accumulées, peuvent nous faire sortir de nos gonds facilement.

Pour remédier à cela et éviter d’entrer dans une colère noire lorsque votre collègue vous informera qu’elle a supprimé des mails importants, voici ce que je vous conseille (et qui m’aide pas mal au quotidien):

  • Octroyez-vous quelques instants de méditation avant de commencer votre journée. Cela va vous permettre de débuter la journée par une activité qui fait du bien, et non d’enchaîner dès le réveil des tâches stressantes qui pourraient vous mettre de mauvaise humeur pour le reste de la journée…
  • Autre astuce, repensez à ces instants où vous avez ressentis des angoisses ou de la colère. Avec du recul, étaient-elles justifiées ? Si non, quelle aurait due être votre réaction ? C’est en analysant la réaction que vous avez face à un événement que vous serez en mesure de savoir si elle était justifiée ou non.
  • En cas de panique, de peur ou de montée en pression : isolez-vous et recentrez-vous sur votre respiration en prenant conscience de chaque entrée et sortie d’air dans vos narines (4 ou 5 respirations profondes permettent d’apaiser le mental). Vous pouvez aussi fermer les yeux et penser à un endroit calme que vous appréciez particulièrement ou à un souvenir joyeux qui continue de vous rendre heureux/se.

Cela permet de vous distancer un instant de l’action et de mettre vos émotions négatives de côté. La pratique d’une activité physique peut également vous aider à vous défouler et ainsi à expulser toutes les énergies négatives que vous avez accumulé.

Bien sûr, vous ne maîtriserez pas tous ces points clés du jour au lendemain. Et comme nous sommes des êtres humains emplis d’émotions, nous pouvons tous, à un moment ou à un autre de notre vie, ne plus les maîtriser sur un coup de colère ou encore suite à un traumatisme. Nous sommes des personnes ayant une vie professionnelle et personnelle parfois stressante, avec des contraintes, des engagements et des imprévus qu’il n’est pas souvent aisé de gérer. Personnellement, ce serait mentir si je disais que je maîtrise toutes mes émotions et que mes relations avec toutes les personnes que je côtoie sont harmonieuses et fluides. Mais en tout cas, grâce à ces 4 principes, j’ai pu observer une nette amélioration dans mes relations sociales et une meilleure gestion de mes émotions. J’essaie juste de faire de mon mieux. Et c’est ça le plus important, faire de son mieux!

Et puis parfois, gueuler un peu ou pleurer comme une madeleine, ça fait aussi du bien, vous ne trouvez pas? 😉

Bonne journée à tous,

Debbie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s